New revelations on the disappearance of Saint-Exupéry!

A story that continues to astonish the staff here at the Villa St. Jean blog at vox.com.Imagine, 64 years after the Villa St. Jean graduate Sant-Exupery disappeared, new details still emerge!

The latest from our associates..

Révélations sur la disparition d’Antoine de Saint-Exupéry

 

Jacques Pradel et Luc Vanrell affirment avoir retrouvé le pilote allemand qui aurait abattu l’avion de l’écrivain, le 31 juillet 1944
SCHWARTZ Arnaud
Paru dans la Croix page 21, le: jeudi 20/03/2008Horst Rippert, 88 ans, ancien chef du service des sports de la deuxième chaîne de télévision allemande dans les années 1970 et frère aîné du chanteur Ivan Rebroff (récemment décédé), est-il le pilote allemand qui, à l’été 1944, abattit en vol Antoine de Saint-Exupéry ? C’est ce qu’affirment l’animateur d’Europe 1 Jacques Pradel et le plongeur Luc Vanrell dans un livre Saint-Exupéry, l’ultime secret (1)

Longtemps, le mystère est resté entier. Parti le 31 juillet 1944 peu après 8 heures de l’aérodrome de Bastia-Borgo pour une mission de reconnaissance au-dessus d’Annecy et Grenoble, à bord d’un P-38 Lightning, le commandant Antoine de Saint-Exupéry, 44 ans, n’est jamais revenu. La disparition de l’écrivain-aviateur, auteur de Terre des hommes et du Petit Prince, a donné lieu à toutes sortes de supputations et théories. Le héros s’était transformé en archange.

Le 7 septembre 1998, un patron pêcheur de la région de Marseille, Jean-Claude Bianco, remonte dans ses filets, par un hasard confinant au miracle, la gourmette du pilote disparu, reconnue comme authentique après bien des péripéties. Les recherches s’intensifièrent pour retrouver l’épave de l’avion, avec un fort goût de chasse au trésor. Luc Vanrell, spécialiste de la plongée en condition extrême, féru de photographie et d’archéologie, découvrit et déclara (en 2000) certains vestiges du P-38 F-5B n° 223 que pilotait Saint-Ex. Authentifiées, des pièces de l’épave, qui gisaient par 87 mètres de fond, furent relevées en 2003 et confiées au Musée de l’air et de l’espace du Bourget.

Luc Vanrell a poursuivi ses recherches, avec Philippe Castellano, président de l’association Aéro-Re.L.I.C., œuvrant à la recherche et à l’identification de crashs, et Lino von Gartzen, fondateur en Allemagne d’une association de recherche d’avions perdus au cours de la Seconde Guerre mondiale. De fausses pistes en impasses, leur enquête les aurait menés jusqu’à Horst Rippert, un ancien pilote de Messerschmitt, affecté en 1944 au groupe de chasse JGr 200. Après soixante-quatre ans de silence, l’ancien pilote de guerre, crédité de plus de vingt victoires, déclare aujourd’hui avoir abattu un P38 Lightning, louvoyant assez bas près de Marseille, tard dans la matinée du 31 juillet 1944. S’il dit vrai, cet avion ne pouvait être que celui de Saint-Exupéry.

Aveu tardif et finalement libérateur ? Le dossier invite à la prudence. Ce livre « scoop », cosigné par l’ancien présentateur des émissions « Perdu de vue » et « Témoin n° 1 » sur TF1, mal écrit et manquant parfois de clarté, appelle un véritable travail de recoupement. « L’affaire semble plausible, mais nous attendons les preuves, confie Olivier d’Agay, en charge de la succession Saint-Exupéry-d’Agay. Lino von Gartzen et Luc Vanrell, avec qui nous sommes en contact, sont sérieux. Nous accordons à cette histoire un a priori de crédibilité, mais nous aurons besoin de quelques mois pour vérifier », précise-t-il, notant que la famille oscille entre « émotion » et « agacement ».

« On veut bien croire Horst Rippert, mais nous n’avons pas encore de preuves », remarque Alain Vircondelet qui, après avoir consacré plusieurs ouvrages à Saint-Ex, s’avoue « perplexe ». Circonspection aussi chez l’historien de l’aéronautique Bernard Marck qui, après Mermoz et Lindbergh, travaille à une biographie de l’aviateur-écrivain. « Le témoignage d’Horst Rippert recoupe des faits dont il n’avait pas connaissance. Et rien ne nous a permis d’invalider ses propos », affirme Luc Vanrell qui concède, avec honnêteté, que l’élément irréfutable qui mettrait fin au débat manque encore.

(1) Éd. du Rocher, 190 p., 19,90 €. Samedi, à 15 heures, Jacques Pradel et Luc Vanrell présenteront leur livre au Musée de l’air et de l’espace, au Bourget, en présence d’Olivier d’Agay.

Read and post comments | Send to a friend

Advertisements

About villastjean

Villa St. Jean was a Marianist school in Fribourg, Switzerland, from 1903-1970. This blog site is intended as a forum for Villa alumni to share memories, pictures and connections.
This entry was posted in 170.00 Villa, 170.60 St. Exupéry and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s